Grippe aviaire

La psychose de la Grippe Aviaire

Bonjour, Ce texte provient d’une liste de discussion ornithologique. U1

La psychose de la Grippe Aviaire

La psychose s’installe peu à peu et l’on apprend que les Espagnols commencent à relâcher dans la nature leurs canaris, perruches, bengalis... de peur d’être contaminés par le virus de la grippe aviaire.

Hier, m’étant rendu sur le site de Versailleux (Ain), afin d’y réaliser un reportage photo (voir fichier joint), après qu’un élevage de 11 000 dindes ait été frappé par la grippe aviaire, j’ai surpris des conversations de ruraux s’inquiétant du retour d’Afrique des hirondelles, dans quelques semaines. Certains ont déjà pris la décision de boucher les accès aux bâtiments agricoles et de détruire les nids existants.

En effet, on soupçonne que la contamination de l’élevage de dindes dombistes s’est faite par de la paille, changée récemment, et qui était préalablement stockée sous un hangar avec toit, mais ouvert à tous les vents. Les moineaux avaient évidemment librement accès à cet abri. Voilà donc que la piste de la contamination par une espèce d’oiseau terrestre commence insidieusement à faire son chemin. Du moineau à l’hirondelle rentrant du Nigéria, il n’y a qu’un pas qu’on s’apprête à franchir et qui va induire des comportements de rejet de l’avifaune dont on ne mesure pas encore les effets. Le tout sur fond de désinformation des médias : le journal de 20 h de la 2, avant hier soir, avait confié à son infographiste la réalisation d’une jolie carte montrant la progression géographique de H5N1 depuis 1997 et surtout 2003. On y voyait un canard animé, volant de Chine en Roumanie et un autre qui reliait l’Asie au Nigéria, avec comme commentaire "la grippe aviaire a gagné l’Afrique sur le dos des oiseaux migrateurs". Les faits sont présentés comme certains, et il n’est fait aucune allusion à l’introduction plus que probable du virus par le flux massif et illégal de poussins entre la Chine et ce pays qui constitue pourtant son second débouché de volailles à l’exportation.

Il est clair que la filière avicole sait mieux communiquer que les ornithologues avec les médias. Et qu’elle réussit à discréditer les oiseaux sauvages pour mieux se poser en victime et imposer l’idée que le "poulailler mondial" serait parfaitement maîtrisée sur le plan sanitaire sans ces satanés oiseaux migrateurs.

Ceci étant, il ne faut pas non plus faire preuve d’angélisme : a ce stade de propagation de H5N1, les oiseaux sauvages ont dorénavant une part active dans l’extension de l’épizootie.

Alors oui, les hirondelles ont du souci à se faire... Quand on sait que les chouettes ont été clouées sur les portes des granges jusqu’à la décennie 70, on ne peut que s’inquiéter des traces que la grippe aviaire laissera dans l’esprit des gens, et en particulier dans notre inconscient collectif, siège de toutes les angoisses de l’humanité.

Yves THONNERIEUX

PS: ce texte et la photo d’accompagnement peuvent être repris sans me demander d’autorisation par les sites internet des uns ou des autres. Il faut faire contre-poids à l’"intoxication" massive, non par le virus de la grippe aviaire mais par des lobbys très puissants. Le silence de la LPO devient difficilement tenable, ne trouvez-vous pas ?

Les vaches rouges, 29/04/2006

privé

Copyright © les Vaches Rouges 2006-2007 - Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, France
Contact: 06 26 52 20 02 / courriel
RSS 2.0